Vieux telegraphe, vin de terroir AOC chateauneuf du pape, à la fois blanc ou rouge

Si vous avez un jour la chance de vous rendre là où est produit le vin du domaine du vieux telegraphe, un vin Chateauneuf-du-Pape, il est absolument certain que vous aurez une leçon sur le terroir si spécifique et intéressant qui compose le sol de domaine viticole.

Vieux telegraphe

Domaine du vieux télégraphe, le goût du terroir

Alors, il nous faut sans doute commencer par définir le mot terroir dans le domaine viticole. Le terroir a pour premier composant le sol donc la terre. C’est la nature même du sol qui va déterminer quels cépages planter. Toutes les variétés de vigne ne poussent pas dans les mêmes sols.

Ou plutôt si, mais le résultat voulu ne sera pas équivalent si vous plantez n’importe quelles vignes dans n’importe quel sol. Une fois la meilleure alliance déterminée, c’est la nature même du cépage choisit qui va également personnifier votre vin. Reste à déterminer à présent si la main de l’homme fait partie de ce que l’on nomme le terroir. Il y a bien sûr un savoir-faire. Savoir-faire qui se transmet par des us et coutumes ancestraux.

Il y a la façon dont vous travaillerez la terre, comment vous protégerez vos pieds de vigne des agressions extérieures. Ce qu’on appelle donc un vin de terroir dépend de différents éléments aussi divers que l’homme, le sol, son outillage…

Ce serait donc réducteur de réduire cela juste à la nature du sol. Le domaine du vieux télégraphe, un vin que l’on peut qualifier de vin de terroir, car c’est un vin traditionnel, issu de cépages de la région même où il est planté, et dont la production est sur place. C’est donc un vin de terroir.

Vieux télégraphe

Le vieux telegraphe 2010, une année d’exception pour le vieux telegraphe rouge

Le vieux telegraphe est un vin d’AOC châteauneuf du pape, tout comme le château de Beaucastel. Il peut être, selon les gouts, blanc ou rouge. C’est suffisamment rare dans cette région pour être souligné. Le vieux telegraphe 2010 est à en croire les professionnels une année qu’il convient de retenir.

Cette année-là, le vin a un arôme de framboise, cerise, et lavande. Sous jacents, une pointe de poivre blanc et d’anis dit on. Sa couleur rubis en fait, l’une des plus grandes années que l’on peut conteste, comparer au millésime 1979 et 1983 qui furent eux aussi des grands millésimes pour le vieux telegraphe.